Du manque de passion à la multipotentialité

Explosion of passion

Il est des personnes qui ont cette faculté de pouvoir être passionnées par quelque chose, que ce soit par une activité artistique, culturelle, sportive, manuelle, etc. Ces personnes sont capables de s’y consacrer pendant des années. Quelques chanceux arrivent même à en vivre.
D’autres, minoritaires à mon humble avis, n’ont pas eu « l’appel ». Ce terme d’appel, emprunté à l’auteur de ce blog, correspond bien à l’idée que je me fais d’une passion. Quelque chose qui vous prend, vous aspire, vous inspire, voire vous bouffe et à laquelle on ne peut résister.

Attention séquence pathos, trémolos dans la voix et gros plan sur le sujet.
Je ne me suis jamais senti passionné, toujours intéressé mais je n’ai jamais eu LA révélation. Je m’ennuie assez vite dans tout ce que j’entreprends et bien souvent ne termine jamais.

En quête de lumière, c’est à la lecture de ce billet que m’apparaît le concept de multipotentialités, peut être est-ce finalement cela la révélation tant attendue.

Les ressources traitant ce sujet en français sont plutôt rares. On en trouve une faible définition Wikipedienne :

Multipotentiality is an educational and psychological term referring to the ability of a person, particularly one of intellectual or artistic curiosity, to excel in two or more different fields.It can also refer to an individual whose interests span multiple fields or areas, rather than being strong in just one.

@EmilieWapnik de puttylike.com qui se déclare comme telle, propose sa définition :

A multipotentialite is a person who has many different interests and creative pursuits in life.
Multipotentialites have no “one true calling” the way specialists do. Being a multipotentialite is our destiny. We have many paths and we pursue all of them, either sequentially or simultaneously (or both).
Multipotentialites thrive on learning, exploring, and mastering new skills. We are excellent at bringing disparate ideas together in creative ways. This makes us incredible innovators and problem solvers.
When it comes to new interests that emerge, our insatiable curiosity leads us to absorb everything we can get our hands on. As a result, we pick up new skills fast and tend to be a wealth of information.

En gros, selon elle, une multipotentialité (MP) est une personne qui a beaucoup de centres d’intérêts. Ces personnes n’ont pas de vocation. Elles s’épanouissent dans l’apprentissage, l’exploration et la maîtrise de nouvelles compétences. Elles excellent dans l’art de prendre des idées diverses pour innover et résoudre les problèmes.
Lorsqu’elles rencontrent un nouveau centre d’intérêt, leur insatiable curiosité les amènent à absorber tout ce qu’elles peuvent trouver. En conséquence, elles prennent de nouvelles compétences rapidement et ont tendance à devenir des mines d’information.

Ça à l’air génial comme truc. Tout ne semble pas si rose pour autant car après l’excitation vient l’ennui.

Le problème majeur ou plutôt récurrent des multipotentialités, c’est la tendance à l’ennui. Une fois l’ingurgitation encyclopédique faite, l’intérêt n’est plus là. L’ennui est comme une sorte de signal qu’il est temps de passer à autre chose.
Là où pour le spécialiste, Finir est l’atteinte d’un objectif, pour le MP, Finir est avoir acquis les connaissances suffisantes. Ceci n’est pas sans conséquence dans la vie quotidienne et plus encore dans la vie professionnelle.

Alors que ce type de personnalité est considéré comme un don quand il s’agit de De Vinci, Descartes ou Newton, il apparaît dans la société d’aujourd’hui comme une sorte d’instabilité, de manque de sérieux ou de maturité.

Coté mauvaises nouvelles on peut lire sur Wikipedia :

…il s’agit d’un problème important pour ceux qui l’éprouvent, conduisant à l’overscheduling, des niveaux élevés de stress, confusion, paralysie par l’analyse, et les choix impulsifs ou conformistes chez les enfants doués, et à des sentiments d’aliénation sociale, inutilité, l’apathie et la dépression chez les plus brillants des adultes. (Google Traduction)

Barbara Sher, auteur et coach, ajoute que lorsqu’ un « multi » rencontre une difficulté, il arrête. Bien souvent parce que l’intérêt n’est plus là. Mais parfois, l’ennui est simplement la manifestation d’une peur subconsciente. Elle encourage alors chaque personne à, une fois par an, se débarrasser de cette anxiété en menant un projet à terme. Avec un peu de chance, cela finit avec une double satisfaction.

 

Après le libéralisme et le multipotentialitisme (on est pas à un néologisme près), il est temps de trouver une autre occupation 😉

Et vous, plutôt passionné ou plutôt multi ?

9 pensées sur “Du manque de passion à la multipotentialité”

  1. Oui ce n’est pas toujours facile d’être multipotentialiste et je suis bien placée pour le savoir…
    Mais j’ai toujours été persuadée qu’il existait un fil rouge dans tous mes intérêts, comme un grand puzzle à reconstruire. Et à force de chercher on arrive à construire quelque chose, et parfois même plusieurs choses en parallèle.

    Pour ma part c’est l’accompagnement des projets des multipotentialistes (justement !) et mon blog créatif et naturel qui m’a donné cet équilibre.
    Et puis les choses évoluent, rien n’est figé, on peut y intégrer de nouveaux intérêts ou faire les choses différemment lorsqu’on commence à s’ennuyer.

    En outre ce mot a eu l’avantage de montrer à de nombreux personnes (dont je fais partie) que l’on n’est pas seul dans ce cas et que ce n’est pas si anormal que cela !

    Donc merci pour cet article sur lequel je tombe bien tardivement 🙂

  2. Whahou ! tu dis que tu as eu ta révélation grâce à un autre article de blog, moi c’est le tien ! Je fonctionne comme ça depuis toujours mais je ne savais pas que ça portait un nom !!! MERCI

  3. Salut,
    Je te rejoins sur l’idée que l’ennui est la principale cause du multipotentialisme.
    Mais c’est normal, il y en a qui gére l’ennui beaucoup plus facilement que d’autres.
    Je pense plutôt que c’est le besoin de nouveauté et la recherche de plaisir qui est responsable.
    On est de plus en plus à quitter un boulot barbant pour se diriger vers une activité qui nous plaît à 100%, perso c’est ce que j’ai fait, et je te rejoins dans l’idée qu’on préfère mettre de côté le chiant pour l’amusant, et je pense qu’il va falloir s’y habituer car l’amusement passe de plus en plus après l’effort aujourd’hui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *