L’arnaque intellectuelle socialiste sur les salaires

J’ai rechuté. 😀

Il y a quelques semaines, j’avais pris la décision de supprimer de facebook  ces abonnements aux pages qui, certes intéressantes, finissent par être déprimantes. Et si on a la maîtrise (avec accent circonflexe) de ses abonnements, on n’a pas celle de ses amis et en ces temps de #LoiTravail on voit passer de bonnes « pignouferies de presse »™ qui donnent des coups de sang. Mais je vous aime qd même hein 😉

L’objet du délit aujourd’hui est la façon dont laquelle certains influenceurs (avec des drapeaux rouges plus généralement) expliquent le salaire.
Prenons l’exemple suivant, illustré dans une vidéo de l’humoriste-conférencier-militant Franck Lepage et son ami Gaël Tanguy sur le travail.

Dans cette vidéo (voir en bas), vers la 53e minute, les deux acolytes présentent le contenu d’une feuille de paie comme tout le monde peut en avoir. On y retrouve donc les charges salariales, patronales, le salaire brut, le net et autres taxes.
Si Lepage montre un peu de lucidité sur ce qu’est vraiment le salaire complet (ce que paie l’employeur en échange d’un travail), son collègue Tanguy nous ressort les vieux arguments de la dichotomie « part salariale/part patronale » qui n’a pas de sens. Selon lui, il suffirait donc de transférer les charges salariales vers les patronales pour augmenter le salaire net, autrement dit, le pouvoir d’achat du salarié. Ceci, sans changer le montant total des cotisations.

A première vue, ce n’est pas déconnant. On enlève 10 à gauche, en ajoute 10 à droite. Pif pouf c’est pareil.  Voici pourquoi ceci est en partie faux et constitue une belle enfume.

La situation

Le salaire brut est 2058€
Le salaire net est 1603€
Part salariale : 455€
Part Patronale : 873€

Que se passe-t-il dans la réalité,
Vu du salarié : mon salaire est de 1603€ (brut – salariales), je reçois un chèque de 1603.
Vu de l’employeur: son salaire complet est de 2931€ (brut + patronales), je lui fais un chèque de 1603€ et un deuxième de 1328€ pour sa sécu « gratuite ».

Si on écoute monsieur Tanguy, il suffit par exemple de transférer la CSG de la part salariale vers la patronale, ce qui reviendra au même.

Le salaire brut reste 2058€
Le salaire net devient 1764€
Part salariale : 294€
Part patronale : 1034€

Vu du salarié : je reçois maintenant un chèque de 1764€. Coooool !!
Vu de l’employeur: son salaire complet est maintenant de 3092€ (brut + patronales), je lui fais un chèque de 1764€ et un deuxième de 1328€ pour sa sécu toujours pas « gratuite ».

YES Camarades!!!! On les a fait raquer ces enflures de patrons !! C’est la luuuuuuuuttteeeeee….

Le retour de bâton

Fidèle à Bastiat, il y a ce qu’on voit : le net augmente et les patrons paient un peu plus. C’est génial, c’est magique, le meilleur des mondes en somme. Passons maintenant ce qu’on ne voit pas.

Par le truchement de quelque tripatouillage législatif, sans aucune négociation avec ses propres salariés, l’employeur est contraint du jour au lendemain à verser plus sans forcément gagner plus. Plusieurs cas de figures sont alors possibles:

  • L’entreprise a la capacité d’absorber cette hausse brutale de la masse salariale. Hip hip hip Hourra.
  • L’entreprise ne peut pas faire face à cette augmentation alors que faire?
    • Il faut vendre plus cher, encore faut-il trouver des clients prêts à payer plus cher.
    • Licencier.
    • Geler les salaires. La situation n’est pas catastrophique pour l’entreprise mais il faudra un peu de temps pour que l’augmentation des ventes permette des augmentations de salaires.
    • Ne pas embaucher ou embaucher à la baisse. Si dans l’entreprise, il n’est pas possible de payer une personne plus de 3000€, soit l’entreprise ne recrutera personne ou essaiera de recruter à des salaires moindres, si c’est possible (cf la trappe à smic).

Le bénéfice à court terme de ce transfert de CSG l’est-il aussi à long terme?

Ci dessous, on peut voir que finalement, les salaires complets payés par l’employeur augmentent plutôt bien, alors que le salaire net a plutôt tendance à stagner. Qui est le réel gagnant des multiples augmentations de la part patronale du salaire? Le salarié?

salaire

Avec la fiche de paie simplifiée, quand les salariés ne verront même plus la part patronale, quelles seront les décisions électoralement-compatibles prises pour financer toujours plus de dépenses?

Tout n’est pas à jeter dans ce qu’ils disent, on ne peut que rire face à l’absurdité de certaines situations professionnelles, de bullshit jobs ou être d’accord sur la défense des salariés face à des employeurs peu scrupuleux mais l’approximation de leurs calculs pour servir leur idéologie « anti-patronat-capitaliste-apatride-mangeurs-de-chats » est assez pénible. Quand bien même l’agrégat patronat ne veut rien dire, de même que tout agrégat en économie qui se respecte.

 

Simplifions tout ça bordel…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *