NXT, le Bitcoin killer?

A l’instar de Bitcoin, NXT est une jeune cryptomonnaie dont la vie commence le 24 Novembre 2013.

Une cryptomonnaie est une monnaie électronique qui a pour base de confiance les mathématiques et le chiffrement, alors qu’une monnaie dite « fiat » comme l’euro ou le dollar a pour base de confiance la promesse des hommes politiques qu’ils ne feront pas trop joujou avec (dettes publiques, crédits à taux réduits, dévaluations, etc).

On peut dire que Bitcoin a ouvert le bal dans ce domaine et mené sa petite révolution en apportant la possibilité d’échanger biens et services via cette monnaie de façon totalement décentralisée, autrement dit, sans dépendre d’une banque centrale, seule autorisée à émettre de la monnaie.

Bitcoin a bien des qualités mais aussi bien des défauts et NXT a été imaginé pour tenter d’y pallier.

Selon moi, Bitcoin a 2 défauts majeurs :

La gestion de la sécurité

Le protocole est très sûr, c’est indéniable. Le problème se situe au niveau de l’utilisateur.
Pour simplifier, il y a deux façons principales de gérer son portemonnaie : sur son propre pc ou en passant par un service en ligne.
Dans le premier cas, charge à chacun de sécuriser suffisamment son ordinateur pour éviter les piratages, de faire les sauvegardes nécessaires, de gérer ses clés publiques/privées…
Dans le deuxième cas, avoir une certaine confiance dans le prestataire qui gère cette sécurité.

Avec NXT, tout est simplifié, chaque compte est identifié par une adresse, et chaque adresse est protégée par une passphrase. Tout est stocké dans la chaine de blocs. Ainsi, le portemonnaie fait partie du système et peut alors être consulté depuis n’importe où, que ce soit ordinateur, smartphone, site web, etc.
Il suffit juste de se rappeler de la passphrase.
Bien sûr, il faut une phrase de passe solide avec plusieurs mots, des minuscules, des majuscules, des chiffres et avec des symboles c’est encore mieux. Exemple:

Tous les matins je bois 1 bol de Benco et 2 Cr@cottes

C’est ce qu’on appelle un « Brain Wallet » car à moins de vous faire pirater le cerveau ou vous faire avouer par les plus délicieux supplices, ce genre de protection est des plus efficaces. Même si, sommes toutes, le risque zéro n’existe pas.

Autre problème,

Le minage

Dans le système Bitcoin et tous ses dérivés basés sur le Proof-of-Work, la validation des transactions se fait par le minage. Chaque mineur propose sa puissance de calcul et plus la puissance de calcul totale augmente, plus la validation est difficile. Le minage aujourd’hui nécessite un investissement en puissance de calcul et matériel dédié énorme en regard du gain apporté au mineur.
Cette course à la puissance me parait contraire à la logique d’un réseau décentralisé où chacun doit pouvoir y contribuer pour le renforcer.

NXT est basé sur le Proof-of-Stake, une sorte de « consensus distribué ». Cet algorithme ne nécessite pas de puissance de calcul exponentielle, chacun peut participer à la blockchain qu’il soit petit ou gros.

 

Nxt offre également de nombreuses fonctionnalités additionnelles : les alias, les messages privés, les échanges d’actifs, les places de marchés, le vote et pleins d’autres en cours de développement.

A ce stade, on ne peut évidemment pas prédire quoi que ce soit mais cette cryptomonnaie de seconde génération a de bonnes cartes en main pour s’imposer. Laissons l’avenir et le marché en juger 😉

En attendant, les curieux pourront télécharger le client sur nxt.org et faire leur première acquisition de NXTs gratuitement sur le faucet.
Ceux qui veulent « forger », l’équivalent du minage, et donc participer à la blockchain et être rémunéré des frais devront attendre 1440 confirmations de leur première transaction, ce qui se fait en à peu près 48h actuellement.