Bon développeur ou mauvais développeur ?

Pour expliquer au Candide mon métier de développeur, j’utilise souvent l’analogie au métier de maçon (au sens large du terme). De la même façon qu’il construit des maisons, moi je construis des applications. Dans tous les métiers, il y a les bons et les mauvais, mais alors qu’il est plutôt facile pour le client de se rendre compte de la qualité de travail d’un bon, ou d’un mauvais maçon, comment le faire pour un développeur.

Le livrable?

En informatique, le livrable est un logiciel et le client ne voit que la partie visible de l’iceberg. Il voit si les portes et les fenêtres sont là où il les a demandé, que celles-ci s’ouvrent et se ferment correctement, que l’enduit et les tuiles sont de la bonne couleur, que les pièces sont bien placées, etc.
Peut-on à partir de là, dire que le travail a été bien fait et considérer les constructeurs comme de bons professionnels à recommander ou à recruter?

A 2 livrables identiques, comment juger du travail qui a été fait dans les règles de l’art, de l’autre, sans systématiquement en faire une étude ?
Comment convaincre et vendre un travail où ce qui n’est pas visible au premier abord fait toute la différence?

Ou bien cette différence n’est elle que subjective?

J’ai faim.